Que sont les Mémoires cellulaires ?

Que sont les Mémoires cellulaires ?

 

Les mémoires cellulaires sont une notion fascinante dans le domaine de la biologie et de la médecine, suggérant que les cellules du corps humain peuvent emmagasiner des informations et des expériences, et les transmettre à travers des générations cellulaires successives. Ce concept suscite un intérêt croissant en raison de son potentiel pour expliquer des phénomènes inexpliqués et des réponses physiologiques complexes.

 

La mémoire cellulaire, bien qu'entourée de controverses, est une réalité tangible. Contrairement à l'idée répandue que le cerveau est le seul réceptacle de nos souvenirs, ceux-ci peuvent en réalité être enregistrés dans l'ensemble des cellules de notre organisme.

 

La mémoire cellulaire correspond à la capacité spécifique des cellules humaines à stocker diverses informations, notamment les expériences vécues, qu'elles soient positives ou négatives (joie, tristesse, souffrance, traumatismes, etc.).

 

En réalité nous parlons de "mémoires cellulaires" au pluriel plutôt que d'une seule mémoire cellulaire, car nous en avons plusieurs.

 

Notre corps renferme des milliards de cellules qui constituent notre biologie et en sont la base.

 

Ces cellules possèdent une forme de mémoire, réagissant de manière tangible aux expériences de notre vie présente et passée, aux expériences de nos ancêtres, qu'elles soient conscientes ou non pour notre esprit.

 

 

 

 

 

 

 

Bonjour, Je suis Cathy Lebourgeois, praticienne en Libération des mémoires cellulaires depuis 2003.

 

Dans cet article, je vous dresserai différents points de vue au sujet des mémoires cellulaires :

 

pre.cjk { font-family: "Noto Sans Mono CJK SC", monospace }p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 115% }code.cjk { font-family: "Noto Sans Mono CJK SC", monospace } Considérations sur la notion de mémoires cellulaires Les mémoires cellulaires face à la science : - l’épigénétique - les membres fantômes - la transplantation d’organes Les mémoires cellulaires et l’épigénétique La nature des différentes mémoires cellulaires : - Les mémoires héréditaires ou mémoires transgénérationnelles -Les mémoires antérieures - mémoires des autres vies - mémoires de vies passées - mémoires de réincarnation – mémoires karmiques La genèse de la libération des mémoires cellulaires La libération des mémoires cellulaires Mon approche en pratique de libération des mémoires cellulaires

 

Considérations sur la notion de mémoires cellulaires 

 

Au cœur de cette idée se trouve la proposition que les cellules possèdent une sorte de mémoire, enregistrant non seulement des informations génétiques codées dans l'ADN, mais également des expériences vécues, des traumatismes, des stimuli environnementaux et des changements biochimiques. Cette mémoire pourrait influencer le comportement des cellules et, par extension, l'état de santé global de l'organisme.

 

Notre corps possède en plus d’une activité physique, une activité cérébrale, concentrée dans le cerveau. Il est facile de penser que nos pensées sont insaisissables, qu'elles se dissipent dans la nature et qu'elles sont impossibles à stocker ou à récupérer.

 

Cependant, cette idée est loin d'être exacte. Une fois créées, nos pensées sont enregistrées et stockées quelque-part, cristallisées.

 

Nos mémoires cellulaires représentent notre patrimoine, notre histoire, et définissent notre identité.

 

Nous sommes véritablement le produit de nos mémoires, d'où l'importance de cette compréhension.

 

Nous existons grâce à l'accumulation de nos expériences passées. Les mémoires cellulaires agissent comme une forme de garantie, stockant ce qui a été accompli.

 

La mémoire cellulaire agit comme un stockage d'informations, des expériences vécues, événements, émotions positives ou négatives, pensées récurrentes, blessures, traumatismes, etc.

 

 

Les mémoires cellulaires face à la science 

Une des théories les plus célèbres qui pourrait expliquer cette idée est celle de l'épigénétique, qui étudie les modifications de l'expression des gènes sans altérer la séquence d'ADN. Les recherches en épigénétique ont montré comment des facteurs environnementaux tels que le stress, l'alimentation, l'exercice physique ou même des expériences émotionnelles vécues peuvent influencer l'expression des gènes sans altérer la séquence ADN. Ces altérations épigénétiques pourraient potentiellement être transmises aux générations suivantes, influençant ainsi les comportements, les peurs, les prédispositions ou même les maladies des descendants. Le mécanisme exact de cette transmission reste un sujet de recherche actif.

 

 

 

D'autres exemples soutenant l'idée des mémoires cellulaires incluent la théorie des organes fantômes, où des personnes amputées peuvent ressentir la douleur ou des sensations dans des parties du corps qui ne sont plus présentes physiquement. Ces sensations pourraient être attribuées à la mémoire cellulaire qui se souvient des schémas de douleur ou de sensations précédentes.

 

Certaines études sur la transplantation d'organes ont également soulevé des questions intrigantes. Des cas documentés rapportent que des receveurs d'organes ont développé des goûts, des préférences alimentaires ou même des comportements qui semblaient provenir du donneur. Ces observations ont suscité des spéculations sur la possibilité que les cellules des organes transplantés pourraient conserver une mémoire ou des caractéristiques du donneur. Le livre autobiographique de l’actrice Charlotte Valandray « De cœur inconnu »  raconte qu’à la suite de sa greffe de cœur, elle a eu des souvenirs, des goûts qui appartenaient à sa donneuse dont le cœur avait été prélevé suite à un accident où elle est décédée. L’auteur raconte dans son livre comment elle a réussi à rentrer en contact avec le compagnon de la décédée dont on lui a transplanté le cœur, qui lui a confirmé les goûts de la défunte donneuse, qui étaient nouveaux et inconnus de la receveuse du cœur.

 

 

 


 

Les mécanismes précis par lesquels de telles mémoires sont stockées et transmises restent flous. Certains scientifiques sont interrogatifs quant à l'existence de mémoires cellulaires distinctes des processus déjà bien compris de la génétique, de l'épigénétique et de la transmission héréditaire.

 

En fin de compte, le concept de mémoires cellulaires ouvre des perspectives intrigantes et suscite un vif intérêt dans de nombreux domaines. Les cellules peuvent effectivement stocker des souvenirs ou des expériences et, le cas échéant, transmettre ces mémoires à la descendance et influencer la physiologie humaine.

 

 

Les mémoires cellulaires et l'épigénétique

 

Les mémoires cellulaires et l'épigénétique sont deux concepts distincts, bien qu'ils soient parfois liés dans la discussion sur l'influence des expériences et des environnements sur notre biologie et notre santé.

 

L'épigénétique est un domaine de la biologie qui étudie les modifications dans l'expression des gènes sans altérer la séquence d'ADN. Ces modifications épigénétiques peuvent être influencées par des facteurs environnementaux tels que le stress, l'alimentation, l'exercice physique, les expositions toxiques ou même les expériences émotionnelles.

 

Les mémoires cellulaires, quant à elles, font référence à l'idée que les expériences émotionnelles intenses ou les traumatismes peuvent être enregistrés au niveau cellulaire et influencer notre santé émotionnelle et physique. Cette notion implique que les cellules peuvent mémoriser des informations au-delà de la simple transmission génétique, stockant des schémas émotionnels ou des souvenirs qui peuvent influencer nos réactions émotionnelles et notre bien-être.

 

Le lien entre les mémoires cellulaires et l'épigénétique réside dans l'idée que les expériences émotionnelles et les environnements peuvent induire des changements dans les marqueurs épigénétiques qui régulent l'expression des gènes. Par exemple, des études ont suggéré que des expériences stressantes ou traumatisantes pourraient entraîner des modifications épigénétiques pouvant influencer la réponse au stress chez les individus et même être transmises aux générations suivantes.

 

L'épigénétique propose des mécanismes biologiques par lesquels les expériences vécues peuvent modifier l'activité génétique sans altérer la séquence d'ADN. Ainsi, bien que les mémoires cellulaires soient souvent considérées comme une notion plus spéculative et moins étudiée scientifiquement, elles trouvent parfois des points de convergence avec les mécanismes épigénétiques pour expliquer comment les expériences pourraient influencer la biologie au-delà de la simple génétique.

 

Bien que des recherches montrent comment les expériences peuvent influencer les modifications épigénétiques, l'idée que les cellules mémorisent des expériences spécifiques reste sujette à débat et nécessite encore des investigations approfondies pour être pleinement comprise et acceptée par la science.

 


 


 

 

Les mémoires héréditaires ou mémoires transgénérationnelles

 

 

 

Les mémoires héréditaires ou mémoires transgénérationnelles représentent une théorie intrigante dans le domaine de la biologie et de la psychologie, suggérant que les expériences, les traumatismes ou les influences vécues par nos ancêtres sont transmises à travers les générations, impactant ainsi la santé et le comportement des descendants. Bien que cela puisse sembler énigmatique, de plus en plus de recherches suggèrent la possibilité que des expériences vécues par des générations antérieures puissent laisser une empreinte biologique et psychologique durable sur la descendance.

 

L'idée sous-jacente est que des événements traumatisants vécus par nos ancêtres peuvent laisser une empreinte dans leurs cellules, influençant ainsi la manière dont les gènes sont exprimés sans altérer leur séquence génétique. Ces mémoires héréditaires ou mémoires transgénérationnelles sont directement liées aux mécanismes des mémoires cellulaires, affectant notre comportement, nos réactions émotionnelles et notre bien-être global. Cette approche holistique vise ainsi à identifier et à dissoudre ces mémoires transgénérationnelles enfouies pour favoriser la guérison émotionnelle.

 

La notion fondamentale derrière les mémoires héréditaires ou mémoires transgénérationnelles est que des événements ou des expositions à des facteurs environnementaux peuvent modifier la chimie du corps ou les schémas épigénétiques dans les cellules germinales (les spermatozoïdes et les ovules), et ces modifications pourraient être transmises à la descendance.

 

Des études sur les effets de la famine, par exemple, ont montré des implications potentielles sur les générations futures. Des recherches ont été menées sur les descendants de personnes ayant vécu des périodes de famine extrême, comme pendant la Seconde Guerre mondiale. Ces études ont mis en lumière des altérations épigénétiques chez les descendants, suggérant que les expériences vécues par les ancêtres pourraient influencer la santé et la susceptibilité à certaines maladies chez les générations suivantes.

 

Les traumatismes historiques, tels que les génocides, les guerres ou les violences systémiques, ont également suscité l'intérêt des chercheurs pour comprendre comment de tels événements pourraient laisser une trace biologique chez les descendants. Des études sur les survivants de l'Holocauste et leurs enfants ont montré des différences dans les profils de stress et de santé mentale, suggérant une transmission possible de traumatismes et de stress intergénérationnels.

 

Cependant, il est essentiel de souligner que la transmission de mémoires héréditaires ou mémoires transgénérationnelles reste un domaine de recherche en évolution. Certains scientifiques soulignent la complexité des facteurs environnementaux et génétiques qui pourraient influencer les résultats.

 

Les mécanismes précis par lesquels ces mémoires pourraient être transmises restent flous d’un point de vue strictement scientifique. Les études ont identifié des modifications épigénétiques potentielles, mais la manière exacte dont ces changements sont transmis et comment ils influencent le phénotype des générations futures demeure une question ouverte.

 

En fin de compte, les mémoires héréditaires ou mémoires transgénérationnelles représentent un domaine fascinant et en évolution de la recherche scientifique, offrant des perspectives nouvelles sur la manière dont les expériences de nos ancêtres pourraient potentiellement influencer notre santé et notre comportement. Cependant, davantage de recherches scientifiques sont nécessaires pour élucider les mécanismes sous-jacents et pour déterminer plus précisément comment ces mémoires pourraient être transmises et avoir un impact réel sur les générations futures.

 


 

 

Mémoires de vies antérieures – Mémoires de vie passée – Mémoires de réincarnation – Mémoires karmiques

 

De même, les mémoires des vies antérieures ou mémoires de vies passées sont souvent associées au fait suggérant que les expériences vécues dans des vies antérieures peuvent influencer notre vie présente. Certaines expériences et souvenirs peuvent être stockés au niveau de l'âme ou de la conscience, traversant les différentes incarnations. Ces mémoires passées, ancrées au plus profond de nos cellules, peuvent influencer notre état émotionnel et mental actuel, voire physique, nécessitant une exploration attentive pour leur libération. Dans le contexte de la libération des mémoires cellulaires, ces mémoires des vies passées peuvent également être considérées comme des informations enfouies profondément dans nos cellules, influençant notre état physique, émotionnel et mental actuel.

 

Ces mémoires, présentes dans chaque cellule, possèdent une forme d'intemporalité. Elles ne se dégradent pas avec le temps. Les souvenirs d'il y a plusieurs vies ont la même intensité que ceux d'hier.

 

Ces mémoires peuvent affecter notre quotidien si elles ne sont pas résolues, surtout lorsqu'elles sont douloureuses. Elles agissent comme une blessure récente qui perturbe le bien-être de l'individu.

 

Les mémoires des vies passées sont souvent associées au fait que les souvenirs, les émotions et les expériences vécus dans des vies antérieures peuvent se manifester dans la vie présente. Ce qui sous-entend qu’une partie de notre conscience, voire notre essence spirituelle, subsiste à travers différentes incarnations, transportant des souvenirs, des traumatismes et des leçons apprises d'une vie à l'autre.

 

Les personnes qui vivent cela soulignent souvent des expériences telles que des déjà-vu, des souvenirs fragmentaires ou des phobies inexplicables qui peuvent être interprétés comme des indices de vies passées. Cependant, ces expériences ne sont pas facilement vérifiables ou expliquées par la science, c’est là que la vision spirituelle et énergétique prend tout son sens pour l'interprétation de ces phénomènes et notamment grâce à la libération des mémoires cellulaires telle que je la pratique par télépathie.

 

Ces concepts continuent d'inspirer la réflexion et la contemplation sur la nature de l'être humain et de son lien avec le passé, offrant ainsi une perspective riche et stimulante sur la complexité de l'expérience humaine.

 

 

 

Les mémoires des vies antérieures sont par ailleurs une composante centrale de la croyance en la réincarnation ou croyance qu’une âme peut avoir différentes vies ou lignes de temps. Ces sujets suscitent un intérêt profond et ont été étudiés à travers diverses cultures et traditions spirituelles à travers le monde. Cette notion suppose que chaque individu possède une âme qui traverse plusieurs incarnations successives, et que cette âme conserve des souvenirs, des expériences positives ou négatives, ou des connaissances acquises tout au long de ces différentes vies.

 

Les personnes qui croient en la réincarnation ou pensent qu’une âme peut avoir différentes lignes de temps (différentes vies) savent que les mémoires des vies passées peuvent se manifester de différentes manières dans la vie présente. Certains individus se souviennent de ces vies antérieures à travers des souvenirs vifs, des rêves récurrents ou des sentiments intenses de reconnaissance envers des lieux, des personnes ou des époques spécifiques. Parfois, des phobies ou des répulsions irrationnelles sont associées à des expériences traumatisantes dans des vies antérieures.

 

Des histoires et des anecdotes de personnes se souvenant de détails spécifiques de vies passées ont été documentées, souvent à travers des études de cas minutieuses. Certains de ces cas ont été rapportés chez des enfants, qui, dès un jeune âge, détaillaient des souvenirs étonnamment précis et cohérents de vies antérieures. Ces souvenirs peuvent parfois être corroborés par des faits historiques ou des preuves tangibles, suscitant l'étonnement et l'intérêt, mais également pour les détracteurs, le scepticisme et la controverse.

 

Dans le cadre de traditions religieuses comme l'hindouisme et le bouddhisme, la réincarnation est souvent considérée comme un processus d'évolution spirituelle où l'âme progresse à travers des cycles de naissance, de mort et de renaissance. Les expériences accumulées dans une vie sont supposées influencer les conditions de la vie suivante, offrant ainsi des opportunités d'apprentissage et de croissance spirituelle.

 

En somme, bien que les mémoires des vies antérieures fascinent et captivent l'imagination depuis des siècles, elles continuent de relever de la sphère de la spiritualité, de la philosophie personnelle et de l'expérience individuelle plutôt que d'une compréhension scientifique établie. La réincarnation et les mémoires des vies passées demeurent encore des mystères et des sujets de réflexion philosophique sur la nature de l'existence humaine.

 


 

 

Genèse de la libération des mémoires cellulaires

 

L'intérêt pour les mémoires cellulaires et leur influence sur la santé émotionnelle et physique remonte à plusieurs décennies. Le concept de mémoires cellulaires a évolué à partir de diverses disciplines scientifiques et philosophiques, mais sa popularité dans le domaine de la santé alternative et de la médecine holistique s'est accrue ces dernières années.

 

L'idée selon laquelle les expériences émotionnelles et les traumatismes pourraient être stockés ou enregistrés au niveau cellulaire et influencer la santé physique et mentale a commencé à émerger dans les années 1970 et 1980. Les premières recherches sur l'épigénétique, un domaine qui étudie les changements dans l'expression génétique sans altération de la séquence d'ADN, ont contribué à cette compréhension.

 

Des chercheurs et des scientifiques ont commencé à explorer comment des facteurs environnementaux, tels que le stress, les expériences émotionnelles intenses ou les traumatismes, pourraient influencer l'expression des gènes et la transmission d'informations biochimiques au niveau cellulaire. Ces études ont ouvert la voie à la compréhension de la plasticité épigénétique, suggérant que l'environnement et les expériences vécues peuvent modifier la régulation génétique sans altérer l'ADN lui-même.

 

L'épigénétique a ainsi jeté les bases théoriques pour envisager que les expériences émotionnelles pourraient laisser des empreintes durables sur les cellules et influencer la santé à long terme.

 

Dans le domaine de la médecine alternative et de la spiritualité, l'idée de mémoires cellulaires a gagné en popularité au fil des ans. Des praticiens et des thérapeutes ont intégré cette notion dans leurs approches de guérison émotionnelle, proposant des méthodes pour libérer ou transformer ces mémoires stockées au niveau cellulaire afin de favoriser la guérison holistique.

 

Ainsi, bien que l'intérêt pour les mémoires cellulaires remonte à plusieurs décennies, leur exploration approfondie dans le contexte de la santé émotionnelle et physique est un domaine relativement récent qui continue d'évoluer avec les avancées scientifiques et les nouvelles perspectives dans les domaines de la médecine, de la psychologie et de la biologie.

 


 

 

La libération des mémoires cellulaires

 

La libération des mémoires cellulaires peut servir de point de départ pour explorer ces mémoires enfouies et les expériences de mémoires transgénérationnelles ou mémoires héréditaires ou bien de mémoires des autres vies, permettant ainsi une réflexion plus profonde sur la complexité de la mémoire humaine et son lien avec notre bien-être mental et émotionnel actuel.

 

La libération des mémoires cellulaires est une approche holistique qui explore la profonde influence de nos expériences passées ou celle de nos ancêtres, sur notre bien-être actuel. Cette approche postule que nos cellules conservent des souvenirs émotionnels et énergétiques, engendrant des répercussions sur notre santé mentale, émotionnelle et physique. En cela, elle peut être reliée aux mémoires héréditaires transgénérationnelles et aux mémoires des vies passées.

 

La libération des mémoires cellulaires, dans ce contexte, implique des pratiques visant à explorer et à dissoudre non seulement les souvenirs individuels et les expériences vécues, mais aussi les empreintes des mémoires héréditaires ou transgénérationnelles et également les mémoires des vies passées. Cette approche thérapeutique cherche à identifier et à libérer ces mémoires enfouies pour favoriser la guérison émotionnelle et permettre à l'individu de se libérer des schémas répétitifs ou des traumatismes hérités.

 

La libération des mémoires cellulaires représente une approche émergente et holistique dans le domaine de la santé mentale et émotionnelle. Cette approche souligne l'importance de dissoudre et d'explorer ces mémoires enfouies pour favoriser la guérison émotionnelle, l'épanouissement personnel et la transformation intérieure.

 

En abordant les mémoires héréditaires transgénérationnelles, la libération des mémoires cellulaires se concentre sur la conviction que les expériences traumatiques ou les schémas comportementaux de nos ancêtres sont enregistrés dans nos cellules. Ces empreintes peuvent influencer la manière dont nos gènes sont exprimés sans altérer leur séquence génétique. Ainsi, cette approche cherche à identifier, explorer et libérer ces mémoires transgénérationnelles profondément ancrées, visant à faciliter la guérison émotionnelle et à briser les cycles répétitifs hérités.

 

De manière similaire, lorsqu'il est question des mémoires des vies passées, la libération des mémoires cellulaires considère que des expériences antérieures peuvent subsister au niveau de l'âme ou de la conscience, affectant notre vie présente. Cette perspective soulève l'idée que des souvenirs ou des traumatismes de vies passées peuvent être stockés dans nos cellules, nécessitant une exploration et une libération pour favoriser une meilleure santé émotionnelle et mentale.

 

Pour entreprendre ce processus, la libération des mémoires cellulaires s'appuie sur une gamme de pratiques thérapeutiques, y compris la thérapie holistique, les techniques de guérison énergétique, la méditation, l'hypnose, ainsi que des approches corporelles comme le yoga ou le travail somatique. Ces pratiques visent à créer un espace sécurisé pour explorer ces mémoires enfouies, à encourager l'expression des émotions refoulées, la conscientisation des schémas répétitifs et à favoriser une libération graduelle et consciente de ces mémoires profondément ancrées.

 

La libération des mémoires cellulaires offre une vision intégrale de la santé holistique. Pour être explorée de manière constructive et sécuritaire, une approche prudente et un accompagnement professionnel expérimenté sont recommandés, car ces dimensions plus profondes de la conscience humaine nécessitent une exploration attentive, surtout lorsque cela touche à des traumatismes.

 

En conclusion, la libération des mémoires cellulaires représente une perspective prometteuse pour dissoudre les mémoires enfouies, qu'elles soient transgénérationnelles ou héréditaires ou associées à des vies passées, afin de promouvoir la guérison émotionnelle et une meilleure compréhension de la complexité de la mémoire humaine. Son intégration plus large dans le domaine de la santé mentale nécessite davantage de recherches pour établir sa validité et sa pertinence dans le contexte thérapeutique actuel.

 


 

 

Mon approche en pratique de libération des mémoires cellulaires

 

Bonjour, Je suis Cathy Lebourgeois, je pratique la libération des mémoires cellulaires depuis 2003. Il s’agit d’une pratique de soins holistique et quantique.

 

Lors d’une séance de libération des mémoires cellulaires, je suis en connexion télépathique avec votre conscience supérieure. C’est cette partie de vous qui vous connaît parfaitement (puisque c’est vous dans une dimension éthérique la plus élevée) qui décide de ce qu’il faut traiter et libérer lors de la séance. Il est bien sûr possible de venir pour traiter une problématique définie que vous avez, qui est votre intention de libération lors de la séance, et c’est souvent ce qui se trouve libéré. Toutefois il peut arriver que votre conscience supérieure décide pour vous de régler un problème plus urgent ou plus important, la partie immergée de l’iceberg que vous ne voyez pas.

 

L'intérêt de se libérer de ces mémoires cellulaires réside d'abord dans la possibilité de rompre avec des schémas récurrents et souvent néfastes. Les traumatismes, les expériences négatives non résolues ou les schémas émotionnels répétitifs peuvent continuer à influencer nos vies, engendrant du stress, des peurs irrationnelles, des réactions émotionnelles disproportionnées ou des blocages dans notre croissance personnelle.

 

En se libérant de ces mémoires, on peut commencer à réduire l'impact négatif de ces expériences sur notre vie actuelle.

 

La libération des mémoires cellulaires offre l'opportunité de guérir les blessures émotionnelles profondes, permettant ainsi de se débarrasser des réponses émotionnelles excessives et des schémas de comportement limitants qui en découlent.

 

De plus, se libérer de ces mémoires favorise un sentiment de paix intérieure et de bien-être émotionnel. En transformant ces souvenirs négatifs ou ces charges émotionnelles, il en découle une plus grande tranquillité d'esprit, une plus grande capacité à faire face aux défis et une augmentation de la vitalité émotionnelle.

 

La libération des mémoires cellulaires peut également contribuer à améliorer les relations interpersonnelles. En éliminant les réactions conditionnées ou les schémas de comportement qui proviennent de mémoires émotionnelles non résolues, on peut interagir avec les autres de manière plus authentique, favorisant ainsi des relations plus saines et plus équilibrées.

 

Enfin, se libérer de ces mémoires cellulaires peut permettre de stimuler la croissance personnelle et spirituelle. En s'ouvrant à la guérison émotionnelle et en dépassant les limitations imposées par ces mémoires, on peut développer une plus grande conscience de soi, une capacité accrue à vivre dans le moment présent et une ouverture à de nouvelles opportunités d'évolution personnelle.

 

En somme, se libérer de ses mémoires cellulaires offre la possibilité de guérir émotionnellement, de favoriser un état de bien-être mental et émotionnel plus élevé, et de permettre une croissance personnelle et spirituelle. C'est un voyage vers la liberté émotionnelle, la souveraineté personnelle, vers une vie plus épanouissante et en accord avec notre véritable nature.

 

 

Informations sur les séances de libération de mémoires cellulaires

 

 

Prendre RDV

 


 

 


 

Femme libérée de ses mémoires cellulaires